-= Site de programme TV - Programme télévision pratique de votre Soirée - Programme tele des grandes chaines de television française =-

programme TV
programme télé
programme télé
logo TF1 de 1943
Logo de Fernsehsender Paris en 1943
 
Mire TF1 de 1944
Mire de la Télévision Française de la RDF en 1944
 
Mire TF1 de 1949
Mire de la Télévision Française de la RTF en 1949
 
logo TF1 de 1964
Logo de la RTF Télévision de 1954 à 1964
 
logo TF1 de 1975
Logo de la première chaîne de l'ORTF de 1964 à 1975
 
logo TF1 de 1984
Logo de TF1 chaîne publique de 1975 à 1984
 
logo TF1 de 1987
Logo de TF1 chaîne publique de 1984 à 1987
 
logo TF1 de 1990
Logo de TF1 chaîne privée de 1987 à 1990
 
logo TF1 de 1991
Logo de TF1 chaîne privée à parir de 1990
 
logo TF1 de 2000
Logo de TF1 relooké diffusé actuellement
La Société
La Société nationale de télévision TF1 naît le 8 juillet 1974, lorsque le Premier ministre Jacques Chirac présente le projet de loi de réforme de l'audiovisuel. Par la loi du 7 août 1974, l'Office de radiodiffusion télévision française (ORTF) est divisé en sept organismes autonomes dont trois sociétés nationales de programmes : Télévision Française 1, Antenne 2 et France-Régions 3 (FR3), la Société française de production (SFP), Télédiffusion de France (TDF), Radio France, et l'Institut national de l'audiovisuel (INA). Le monopole d'État est maintenu. Chacune des sociétés est placée sous la tutelle du Premier ministre. La loi sera mise en application le 6 janvier 1975 lorsque la première chaîne change d'habillage et de nom pour devenir TF1.

TF1 doit son nom à l'UER. Lorsqu'il s'est agit de trouver un nom à l'ancienne première chaîne de l'ORTF, Jean-Louis Guillaud, son directeur général en 1975, s'est souvenu que l'UER nommait les trois chaînes publiques françaises : Télévision Française 1, Télévision Française 2 et Télévision Française 3. Il s'empressa de faire avaliser cette dénomination, forçant ses deux concurrentes à chercher d'autres dénominations. Ce nom avait l'avantage pour la chaîne de la faire passer pour LA télévision française.

Le 20 décembre 1975 en ouverture du journal, Jean-Claude Bourret annonce le passage de TF1 à la couleur qui prend effet le 1er janvier 1976 avec le passage sur le réseau UHF 625 lignes et la diffusion de ses premières émissions en couleur, soit douze ans après Antenne 2 (en 1967). Sa colorisation entamée le 6 janvier 1975 ne sera achevée tardivement qu'en 1983 avec l'arrêt des émissions en 819 lignes VHF noir et blanc. Durant cet intervalle, TF1 était également reprise en couleur par FR3 (déjà colorisée) depuis le 1er septembre 1975 à midi et l'après-midi jusqu'au démarrage de ses propres émissions à 18h.

Dès 1983, son audience la place derrière Antenne 2 tant pour les programmes de divertissement que pour l'information. Le 14 juillet 1983, Hervé Bourges est nommé président de TF1 par la Haute Autorité de la communication audiovisuelle (HACA) avec pour mission de redresser la situation de la chaîne. Il réussit en partie sa mission en mettant le duo Yves Mourousi - Marie-Laure Augry aux commandes du journal de 13 heures, Marie-France Cubadda ou Bruno Masure au 20 heures et en installant chaque vendredi une grande émission de divertissement populaire de Patrick Sabatier (Porte Bonheur, Le Jeu de la vérité), attirant également Patrick Sébastien ou Stéphane Collaro. Deux émissions emblématiques feront les meilleures audiences de la chaîne : Sept sur sept, le confessionnal politique dominical d'Anne Sinclair et Droit de réponse l'émission de débat polémique de Michel Polac.

En Juin 1986, Jacques Chirac, à nouveau premier ministre dans le cadre de la première cohabitation, propose la privatisation d'une des trois chaînes publiques de télévision. Après avoir initialement porté son choix sur FR3, choix rendu impossible à cause de la structure régionale de la chaîne, puis sur Antenne 2 (à l'époque, première chaîne en terme d'audience et d'image), le gouvernement choisit finalement la première chaîne publique TF1 ("ringarde" mais en redressement depuis l'arrivée d'Hervé Bourges). La loi du 30 septembre 1986 autorise la cession par l'État de la chaîne publique en opérant une cession de 50 % de son capital à des acquéreurs choisis après une procédure d'appel aux candidatures, de 10 % aux salariés de la chaîne et des 40 % restants sous la forme d'un appel public à l'épargne.


La Commission nationale de la communication et des libertés (CNCL), qui a succédé à l'HACA, lance donc en septembre 1986 un appel à candidature pour la reprise de la première chaîne auquel répondent le groupe Fininvest de Silvio Berlusconi, le groupe de BTP Bouygues de Francis Bouygues, le groupe de presse Filipacchi, le magnat de la presse Robert Hersant, le groupe de presse Hachette, le magnat de la presse britannique Robert Maxwell, et l'homme d'affaire Bernard Tapie. Robert Hersant et Silvio Berlusconi s'étant alliés pour reprendre la Cinq, Filipacchi ayant abandonné, il ne reste plus en avril 1987 que deux candidats à la reprise : d'un côté le groupe Hachette mené par Jean-Luc Lagardère qui souhaite s'implanter dans la télévision, mais dont le partenaire, Havas, l'a quitté en février; de l'autre, un consortium mené par le groupe Bouygues associé à Pergamon Média Trust Pic, la GMF, la Fnac, les éditions mondiales, la Société générale, Maxwell Média, le groupe Bernard Tapie, Financière Faltas, Indosuez et le Crédit lyonnais. Les auditions des deux groupes repreneurs par la CNCL sont diffusées en direct sur TF1, et chacun d'eux expose aux membres de la commission le cahier des charges qu'ils comptent mettre en oeuvre pour répondre au "mieux disant culturel" proné par le ministre de la communication, François Léotard au sujet de cette privatisation. Entraîné par le très médiatique Bernard Tapie et mieux entouré qu'Hachette, le consortium mené par Francis Bouygues séduit la CNCL qui autorise le 6 avril ce dernier à prendre une participation à hauteur de 50 % dans le capital de la chaîne contre un chèque de 3 milliards de francs remis le 16 avril, et lui attribue le 15 avril une concession d'une durée de dix ans sur le réseau national hertzien. Les 50 % restants du capital sont décomposés en 7 636 000 actions (soit 36,40 % du capital) cédées par offre publique de vente en Bourse en juillet 1987 à 165 francs l'action, et 2 040 000 sont offertes à la vente aux salariés et anciens salariés de la chaîne à 132 francs l'action.

Suite au rachat de la chaîne, Francis Bouygues en devient président et Patrick Le Lay vice-président, et les deux hommes s'engagent par écrit devant la CNCL à respecter la qualité des programmes, avec un cahier des charges ambitieux. Mais les salariés de la chaîne subissent ce changement de statut de leur employeur avec suspicion : nombre de journalistes usent de leur clause de conscience pour la quitter, et la plupart des animateurs-vedettes de TF1 (Patrick Sabatier, Patrick Sébastien, Stéphane Collaro, Marie-France Cubadda) partent sur la Cinq à la rentrée 1987. À commencer par Patrick Sabatier, ils reviennent tous quelques mois plus tard, confortant l'hégémonie de la chaîne. Le quotidien Le Parisien titre alors à sa une interview des dirigeants de la chaîne disant que « Si Patrick Sabatier frappe à la porte de TF1, je lui ouvrirai ». En 1988, Francis Bouygues confie la présidence à Patrick Le Lay. La chaîne change complètement d'habillage le 1er janvier 1990 en adoptant un logo rectangulaire reprenant les trois couleurs nationales pour s'affirmer comme LA télévision française.

Depuis TF1 règne en maître sur les audiences françaises, se tenant à l'affût des nouveautés lancées par sa principale concurrente (M6) pour la contrer sur son propre terrain.

La concession de diffusion de la société Télévision Française 1 SA sur le premier réseau national hertzien est renouvelée pour cinq nouvelles années sans appel d'offre par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) le 26 mars 1996, ce qui conduit l'association « Changez la Une » à déposer en vain un recours devant le Conseil d'État le 4 avril contre cette absence d'appel à candidatures face aux manquements de la chaîne à son cahier des charges depuis 1987. Cette autorisation a été à nouveau renouvellée pour cinq ans par le CSA le 20 novembre 2001 sur le réseau analogique hertzien et une nouvelle autorisation lui a été délivrée le 10 juin 2003 sur la télévision numérique terrestre française.

Fin 2005, TF1 offre aux internautes la possibilité de voir ou revoir certains de ses programmes via le service TF1Vision.

Suite à la fusion de son bouquet satellite TPS avec son concurrent, TF1 est maintenant inclus dans l'offre de base du bouquet CanalSat depuis le 19 décembre 2006. Depuis le 5 janvier 2007, la chaîne est également disponible sur les bouquets ADSL des opérateurs Free, Orange, Neuf Cegetel et Club Internet [1] (sauf avec le multiposte de Free[2])

La chaîne TF 1 fait partie du bouquet numérique gratuit de la TNT par satellite, bouquet dit "TNTSAT" diffusé( dès juin) sous légide du groupe Canal + via le satellite Astra 1. TF 1 devrait rejoindre soit le bouquet technique du Groupement de la TNT via le satellite Atlantic-Bird 3 et/ou son propre bouquet sur la même position orbitale, où elle y est déjà diffusée mais en analogie. TF 1 devrait aussi est présente en accès gratuit sur le phare de l'Europe, le satellite Hot-Bird.


Souce : http://fr.wikipedia.org/wiki/TF1
tv
Programme par Email
tv
Inscription Gratuite
Valider votre inscription
tv
Bonnes Affaires - Bons Plans
tv
tv
Publicité
tv
Ajourd'hui : En soirée -  Après midi -  Le matin  -   Demain : En soirée -  Après midi -  Le matin  -   Contact
Les chaînes hertziennes et TNT : TF1 - France 2 - France 3 - Canal Plus - France 5 - M6 - Arte - D8 - W9 - TMC - NT1 - NRJ 12 - LCP - France 4 - BFM TV - I>Télé - D17 - Gulli - France Ô - HD1 - L'équipe 21 - 6ter - Numéro 23 - RMC Découverte - Chérie 25
© 2007 - 2014  tv-express.com tout droit réservé  -  Annuaire